Cancers gynécologiques : panorama et prévention

cancers gynécologiques prévention

En 2023, la France a enregistré quelque 430 000 nouveaux cas de cancers. Si elles sont moins touchées, les femmes représentent cependant 43% des cas détectés selon l’Institut national du cancer. Parmi ces derniers, 16 700 concernent des cancers gynécologiques. Véritable enjeu de santé publique, ces pathologies méritent toute notre attention. Incidence sur la vie des malades et conseils de prévention, notamment contre le HPV (papillomavirus), le SMACEM s’est penchée sur le sujet.

Panorama des cancers gynécologiques

Cancer de l’endomètre

Situés dans les organes génitaux féminins, les cancers gynécologiques touchent principalement l’endomètre. En effet, ce cancer concerne atteint environ 8 200 femmes chaque année. Il affecte en particulier les femmes de plus de 60 ans puisqu’il apparait souvent après la ménopause. En plus de l’âge, l’obésité et le diabète sont très largement reconnus comme des facteurs de risque. Souvent diagnostiqué tôt, le cancer de l’endomètre présente la plupart du temps un pronostic favorable.

Cancer de l’ovaire

Le cancer de l’ovaire est le deuxième cancer gynécologique en termes d’incidence. Contrairement au cancer de l’endomètre, le diagnostic est souvent tardif du fait de l’absence de symptômes particulièrement inquiétants. En effet, il se manifeste souvent par des douleurs abdominales ou des troubles du transit. Malgré ce diagnostic tardif et un taux de survie actuel en moyenne de 43%, de nombreux progrès sont constatés. Si bien que la mortalité liée à ce cancer ne cesse de diminuer.

Cancer du col de l’utérus

Le troisième des principaux cancers gynécologiques est le cancer du col de l’utérus. On compte environ 3 200 personnes atteintes en 2023. Souvent lié à une infection par papillomavirus, ce cancer peut avoir été transmis plusieurs années avant l’apparition des symptômes. Parmi les facteurs de risque se trouvent également le tabagisme, la contraception orale mais aussi d’autres infections sexuellement transmissibles comme le VIH. En constante diminution, grâce au dépistage par frottis, e cancer présente un taux de survie, en constante augmentation (soit 63% aujourd’hui).

Cancer de la vulve et du vagin

Enfin, avec une incidence beaucoup plus rare, les cancers de la vulve et du vagin font également partie des cancers gynécologiques. Là encore, ce sont les femmes ménopausées qui sont les plus touchées.

Prévention des cancers gynécologiques

Vaccination contre le HPV

Dans un premier temps, il est fortement conseillé de vacciner les jeunes, filles et garçons, contre le papillomavirus. Ensuite, le tabac, la consommation d’alcool et l’alimentation déséquilibrée faisant partie des principaux facteurs de risques pour tous les types de cancer, il est fortement conseillé de maintenir un mode de vie sain et sans trop d’excès.

Consultation gynécologique régulière

En 2023, 53% de femmes n’avaient consulté ni sage-femme, ni gynécologue lors des deux dernières années. Cela peut s’expliquer par différentes raisons : le manque de médecins, le coût des consultations, le manque d’information ou encore la crainte face aux différents témoignages de violences gynécologiques. Il est toutefois conseillé de consulter régulièrement. D’autant plus lorsque apparaissent des symptômes tels que des saignements ou douleurs anormales, des sécheresses vaginales, des troubles du transit, etc. L’institut national du cancer estime que 90% des cancers du col de l’utérus pourraient être évités grâce à la vaccination au papillomavirus. Les campagnes de dépistage, auxquelles 60% des femmes participent chaque année, ont permis une constante diminution de ces cancers ainsi que de sa mortalité. Le dépistage des cancers de l’ovaire se fait par des examens plus complexes qui demandent une consultation régulières des spécialistes de la santé gynécologique.

Comment la SMACEM agit-elle contre les cancers gynécologiques ?

En tant que membre de la SMACEM, vous bénéficiez d’un remboursement à 200% de la base de remboursement de la Sécurité sociale pour les consultations chez les gynécologues. De même, vous bénéficiez de 150% pour les consultations chez les sages-femmes. Alors, n’attendez plus pour consulter !

Les femmes n’ont pas seulement des cancers gynécologiques

Bien qu’enjeu de santé publique, les cancers gynécologiques ne représentent que 9% des cancers qui touchent les femmes en France. Le cancer du sein, le cancer colorectal et le cancer du poumon les impactent davantage (54% des cancers en 2023 selon l’Institut national du cancer dont 33% pour le cancer du sein). Ainsi, la vigilance vis-à-vis des cancers doit être entière et non limitée aux cancers dits « féminins ». En cas de doute, consultez un médecin ! Les généralistes et spécialistes sont largement pris en charge par la SMACEM.

Pour aller plus loin

Retour aux actualités >